Comment choisir son avocat ?

L’avocat intervient dans les domaines les plus variés en relation avec la vie des particuliers comme celle des entreprises.

  • Les avocats possédant des domaines d’intervention spécifiques.

    Les avocats ont vocation à intervenir dans toutes les matières juridiques.. 

    Cependant, la plupart des avocats, après plusieurs années de pratique et d’expérience, affinent leurs compétences et, sans être titulaires d'un certificat de spécialisation, finissent par avoir un (ou plusieurs) domaine(s) d'activité dominante.

    La plupart des avocats précisent sur leurs sites internet les domaines d’intervention dominants dans lesquels ils interviennent le plus souvent et pour lesquels ils disposent d’une compétence affinée.

  • Les avocats titulaires d’une mention de spécialisation 

    Ces derniers, en revanche, passent un examen auprès du Conseil National des Barreaux pour faire reconnaître leurs compétences dans une ou plusieurs disciplines juridiques sous la forme de mentions de spécialisations. 

    L’utilisation d’une mention de spécialisation suppose l’obtention d’un certificat de spécialisation dans les conditions prévues par le décret du 27 novembre 1991 organisant la profession d'avocat. 

    • Pour obtenir une mention de spécialisation (ou certificat de spécialisation), l’avocat doit justifier d'au moins quatre ans d’exercice dans la matière dont il souhaite obtenir la spécialisation et passer une épreuve de contrôle des connaissances. 
    • Un avocat peut faire mention de plusieurs spécialisations. Dans les faits, le nombre de mentions est limité à deux. 
    • Les avocats spécialistes ont par ailleurs une obligation de formation continue renforcée dans leur spécialité puisque la moitié de la durée de leur formation continue obligatoire doit y être consacrée. 
  • Le libre choix de l’avocat.

    Par principe, toute personne est libre de choisir son avocat.

    En conséquence, aucune institution, aucun assureur, aucun organisme de protection juridique ne peut vous imposer le choix d’un avocat.

    Le choix de votre avocat est une décision personnelle qui vous appartient seul.

    ANNUAIRE des AVOCATS

  • Les avocats intervenant au titre de l’aide juridictionnelle

    L’aide juridictionnelle peut être accordée à une personne dont les revenus sont assez limités. Cette aide peut être totale ou partielle.

    Dans l’hypothèse où le client est éligible à l’aide juridictionnelle totale, il n’aura pas à régler le moindre honoraire.

    Dans l’hypothèse où le client est éligible à l’aide juridictionnelle partielle compte tenu de ses revenus, un honoraire complémentaire forfaitaire pourra être sollicité par l’avocat qui rédigera une convention d’honoraires soumise au contrôle et à la vérification du Bâtonnier de l’Ordre des Avocats. 

  • L'aide juridictionnelle

    1.Champ d'application de l'aide juridictionnelle

    L'aide juridictionnelle peut vous être accordée :

    • Pour tout ou partie de la procédure judiciaire
    • Pour faire exécuter une décision de justice
    • Dans le cadre d'une transaction en-dehors d'un procès (honoraires d'Avocat) quelle qu'en soit l'issue

    Elle vous ouvre droit à l'assistance d'un Avocat et à celle de tous les autres auxiliaires de Justice nécessaires (Huissier de Justice...) durant les différentes étapes de votre procédure.

    Vous pouvez les choisir librement. Lors du dépôt de votre demande, vous devez indiquer le nom des professionnels que vous avez rencontrés. Dans ce cas, vous devez joindre à votre demande une attestation écrite de leur acceptation.

    Important :
    Quel qu'en soit l'objet, une consultation sollicitée en-dehors de toute procédure n'ouvre jamais droit au bénéfice de l'aide juridictionnelle. Lorsque vous consultez un Avocat en vue d'obtenir un conseil ou un avis d'ordre juridique, vous devrez donc vous acquitter des honoraires correspondant à ce type de prestation.

    2. Etendue de l'aide au cours du procès

    Une fois votre dossier déposé, le bureau d'aide juridictionnelle peut rendre trois types de décision (toutes notifiées par courrier) :

    • Vous êtes admis au bénéfice de l'aide juridictionnelle totale

    Dans cette hypothèse, aucun frais ne vous incombe.

    • Vous êtes admis au bénéfice de l'aide juridictionnelle partielle

    Dans cette hypothèse, l'Etat versera au professionnel une somme forfaitaire fixée par décret et inversement proportionnelle à vos ressources. Vous devrez verser :

    A votre Avocat : un honoraire complémentaire dont le montant sera fixé librement avec lui dans le cadre d'une convention écrite dite « convention d'honoraire complémentaire ». En cas de désaccord sur ce montant, vous pouvez vous adresser au Bâtonnier de l'Ordre des Avocats.

    Aux autres auxiliaires de Justice : un honoraire complémentaire dont le montant est calculé sur la base d'un tarif et de vos ressources

    • Votre demande est rejetée

    Ce peut être le cas si vos ressources et celles des personnes vivant habituellement dans votre foyer dépassent les plafonds fixés par la loi ou si votre action apparaît manifestement irrecevable ou sans fondement.

    Si votre demande d'aide juridictionnelle a été rejetée au motif que vous ne remplissez pas les conditions de ressources ou qu'il manque des documents ou des renseignements dans votre dossier, vous pouvez demander au bureau d'aide juridictionnelle de réexaminer votre demande (à noter que vous disposez du même recours lorsque l'aide juridictionnelle ne vous a été accordée que partiellement alors que vous estimez que vos ressources vous ouvrent droit à l'aide juridictionnelle totale)

    Si votre demande d'aide juridictionnelle a été rejetée au motif que la procédure que vous avez engagée est irrecevable ou non fondée en droit, vous disposez d'un recours auprès du Président de la juridiction compétente pour statuer sur le litige

    Dans un cas comme dans l'autre, votre recours doit être introduit dans un délai d'un mois à compter de la notification de la décision du bureau d'aide juridictionnelle. Votre déclaration de recours doit obligatoirement comporter les faits et les motifs de votre recours ainsi que les pièces et renseignements susceptibles de l'étayer.

    3. Etendue de l'aide à l'issue du procès

    • Vous gagnez le procès

    L'aide juridictionnelle s'appliquera également aux procédures, actes ou mesures d'exécution de la décision de justice obtenue (saisie par exemple).

    Si le montant de la condamnation prononcée à votre profit vous procure des ressources telles, que si elles avaient existé au jour de la demande d'aide juridictionnelle, celle-ci ne vous aurait pas été accordée même partiellement, l'aide peut vous être retirée, auquel cas votre Avocat pourra vous réclamer des honoraires.

    • Vous perdez le procès

    Vous êtes condamné aux dépens, c'est-à-dire à prendre en charge les frais du procès. Vous êtes alors tenu de rembourser à votre adversaire les frais qu'il aura versés, à l'exception des frais d'Avocat, sauf si le Tribunal en décide autrement : vous pouvez en effet être aussi condamné à lui rembourser une somme déterminée au titre des frais (non compris dans les dépens) qu'il aura engagés.

    En cas d'aide juridictionnelle partielle et si vous étiez demandeur à la procédure, le juge peut également mettre à votre charge le remboursement d'une partie des frais avancés par l'Etat (expertise, enquête sociale, etc.)

    4. Le dossier de demande d'aide juridictionnelle

    1. Le formulaire de demande d'aide juridictionnelle pour les procédures se déroulant en France est disponible dans les tribunaux, les maisons de la justice et du droit ou les mairies. Vous pouvez aussi vous le procurer sur internet à l'adresse suivante : https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_12467.do

    Votre demande doit préciser l'objet de la procédure pour laquelle vous réclamez l'aide juridictionnelle.

    En cas d'urgence ou lorsque le procès met en péril vos conditions de vie (saisie, expulsion...), vous pouvez demander l'admission provisoire à l'aide juridictionnelle.

    L'aide juridictionnelle peut également être demandée par toute personne résidant habituellement ou étant domiciliée dans un pays membre de l'Union Européenne (hors Danemark) ainsi que par toute personne non ressortissante d'un pays membre de l'Union mais résidant régulièrement ou étant domiciliée et en situation régulière dans l'un de ces pays pour un litige commercial qui se déroule en France.

    Par ailleurs, toute personne résidant en France peut demander à bénéficier de l'aide juridictionnelle pour un litige civil ou commercial qui a lieu dans un état membre de l'Union Européenne autre que le Danemark. Pour ces litiges, la demande doit être formalisée à l'aide d'un imprimé spécifique disponible en ligne à l'adresse suivante : http://www.ccbe.org

    Sous réserve des conditions de ressources, l'irrégularité de votre présence sur le territoire ne constitue pas un obstacle au bénéfice de l'aide juridictionnelle, qui pourra notamment être sollicitée pour l'exercice des recours en rapport avec un refus de titre de séjour ou une meure d'éloignement.

    Vous devez compléter, dater et signer le dossier en joignant les pièces justificatives indiquées dans le formulaire joint à cet effet. Vous devez remplir un imprimé pour chaque affaire pour laquelle vous demandez l'aide juridictionnelle.

    2. Votre dossier devra être déposé ou envoyé au bureau d'aide juridictionnelle du Tribunal de Grande Instance de votre domicile ou lieu d'hébergement sauf si votre affaire doit être portée devant l'une des juridictions suivantes :

    devant le Tribunal Administratif, le dossier doit être déposé au bureau d'aide juridictionnelle du Tribunal de Grande Instance de la ville où siège le Tribunal Administratif

    devant une Cour d'Appel, le dossier doit être déposé au bureau d'aide juridictionnelle du Tribunal de Grande Instance de la ville où siège la Cour d'Appel

    devant une Cour Administrative d'Appel, le dossier doit être déposé au bureau d'aide juridictionnelle du Tribunal de Grande Instance de la ville où siège la Cour Administrative d'Appel

    devant le Conseil d'Etat, le dossier doit être déposé au bureau d'aide juridictionnelle du Conseil d'Etat, Place du Palais Royal, 75001 PARIS

    devant la Commission des Recours des Réfugiés, le dossier doit être déposé au bureau d'aide juridictionnelle de la Commission des Recours des Réfugiés, 35 rue Cuvier, 93558 MONTREUIL-SOUS-BOIS CEDEX

    Si une transaction doit avoir lieu dans une autre ville où une juridiction est déjà saisie, le dossier doit être déposé au bureau d'aide juridictionnelle du Tribunal de Grande Instance dont dépend la conclusion du procès

    Si vous n'avez pas de domicile, le dossier peut être déposé au bureau d'aide juridictionnelle du Tribunal de Grande Instance dont dépend l'organisme d'accueil que vous avez choisi pour vous domicilier

    Toute déclaration inexacte ou incomplète expose le déclarant à des poursuites pénales. De plus, vous pouvez être condamné à rembourser la totalité ou une partie des frais pris en charge par l'Etat si le Juge estime que votre demande était abusive ou dilatoire, notamment lorsqu'elle était destinée à retarder le moment où vous devriez exécuter vos obligations.

    Pour plus d'informations sur votre situation particulière ou sur les démarches à effectuer, adressez-vous au bureau d'aide juridictionnelle (pour Poitiers : Tribunal Judiciaire, 21 rue Saint Louis, Bureau d'Aide Juridictionnelle,  86000 POITIERS  - Tél. 05.49.50.22.00)

  • Se faire désigner un avocat

    Si vous ne (connaissez pas) souhaitez pas choisir un avocat, le Bâtonnier peut (en cas de procédure) vous en désigner un, au titre de l'aide juridictionnelle (tout domaine), ou dans tous les cas en matière pénale.

    Si le montant de vos ressources vous donne droit  à l'aide juridictionnelle, la demande de désignation d'un avocat pourra être faite sur le formulaire de demande d'aide juridictionnelle.-formulaire en ligne 

    La demande peut aussi être faite directement au Bâtonnier et devra être accompagnée de tout document concernant la juridiction éventuellement saisie ou bien de renseignements permettant de connaître le domaine du droit concerné (la nature du litige).

    En matière pénale cette désignation est aussi appelée commission d'office.

    Attention (important) : la désignation ou la commission d'office d'un avocat ne signifie pas que ce dernier interviendra gratuitement de telle sorte que, si vous n’êtes pas éligible au bénéfice de l’aide juridictionnelle, ou que vous pouvez seulement prétendre à une aide juridictionnelle partielle, vous devrez régler les honoraires de l’avocat désigné qui seront fixés selon les règles de fixation des honoraires des avocats.

  • Je souhaite changer d’avocat

    Le libre choix de l'avocat est un principe fondamental de notre profession. Tout client a donc la possibilité de changer d’avocat, même si la procédure est entamée. Toutefois, cette démarche requiert tout de même de prendre toutes les précautions utiles, notamment si une instance est en cours ou si une date d’audience est proche.

    Attention, ce changement d'avocat ne vous dispensera pas de régler les frais et honoraires dus à votre précédent conseil en fonction des diligences que ce dernier aura d’ores et déjà accomplies.

    • Choisissez et consultez un nouveau conseil, demandez-lui de prendre en charge votre dossier et indiquez lui le nom de votre ancien conseil afin qu’il puisse se rapprocher de lui pour que lui soit transmis l’entier dossier.
    • Prévenez votre ancien avocat par courrier en lui indiquant les coordonnées de son successeur. Ce dernier devra alors vous faire parvenir un décompte des honoraires que vous lui devez au prorata du travail effectivement fourni (même si vous étiez convenus d'un forfait) et transmettre le dossier à votre nouveau conseil.
    • Si vous bénéficiez de l’aide juridictionnelle, vous devez également informer le Bureau d’Aide Juridictionnelle (BAJ) de ce changement d’avocat.

Consultations gratuites

Rendez-vous en ligne

Aide juridictionnelle

Les conditions d'attribution

Médiation

Faire appel à un médiateur

Droit collaboratif

Mode alternatif de résolution des conflits

AVOC'ENFANTS

Des avocats conseillent les mineurs

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript638f83831f7b9ReCAPTCHA, Google NotAllowedScript638f83831f6f2Maps, AcyMailing qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.